Merci pour votre envoi !

Je viens comme le bois flotté
M'échouer sur votre rivage

T4 "Je me sauve"

Du recueil de poésies « Le chant des arrosoirs » Tome 4 « Quand le vent fait chanter les pierres »

Je me sauve

11/03/2021


Comme un cri dans l'aigu,

A couper au couteau.

Un long cri continue,

Tranchant comme une faux.


J'ai des rêves ventrus,

Des bouches obstruées.

Des failles sur ma peau,

Et des rires à mes pieds.

Je flotte comme un noyé,

Immobile et bercé.

Le long de ce long fil,

De cette eau abreuvée.

Comme une charge,

Comme une décharge,

Un saut dans l'inconnu.

De phrases survenues,

De pensées presque là,

Saisie à la volée.

Les voir s'envoler,

En ordre dispersée,

Au vent des salutaires,

Et purs vers solitaires.


Mes mots se sont penchés,

Sur ma plume excentrique.

J'ai des rires en bretelles,

Des joies sous les moustaches.

Des folies douces en moi,

Des mondes qui s'attachent.

A mes yeux,

A ma chaire,

A mes os,

A mon sang.

Comme un grand cri dans l'aigu,

J'ai ouvert des portes.

Des chemins Inconnus,

Des mondes incongrus.

Je pleure chaque mot,

Chaque peines, chaque joies.

À l'encre de mes veines,

Noie les feuilles aux cimes.

J'ai le ventre qui s'arrache,

Des étoiles qui s'attachent.

J'ai tant de mots blessés,

De rêves fissurés,

Mêlé de joies feutrées.

Car dans toutes mes peines,

Naissent des jours rieurs.


Comme un cri dans l'aigu,

A couper au couteau.

Un long cri continue,

Tranchants comme une faux.


Je suis multiple et je me sauve ;

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout