Merci pour votre envoi !

Je viens comme le bois flotté
M'échouer sur votre rivage

T3*** "La persistance de la mémoire"

Du recueil de poésies « Le chant des arrosoirs » Tome 3 « Ouvrir un chemin caresser les étoiles »

La persistance de la mémoire

20/01/2021


Happé par le soleil, j'ai la peau qui Filoche.

Je sens son souffle chaud, sur mes os dénudés.

Dehors les horloges, s'écoulent sur le temps.

Les arbres démembrés, aux portes des minutes.

Sur les rocs, les heures, pleurent de sueurs,

L'éternité se fige, quand le temps dégouline.

C'est la mouche qui pique, qui pousse les aiguilles,

A rebours du temps, de ses ailes frénétiques.

Il est sept heure moins cinq, sur cette terre aride.

Le gousset oublié, des hommes et des dieux,

A laissé les horloges distordre la mémoire.

A trop tordre le temps, l'horizon en mirage,

Ne trompe pas la flasque, qui suinte sur le sol.

Trois horloges s'écoulent, en des temps différents,

Sous le même regard, appellent la mémoire.

Le peintre, dans son art, persiste à la figer.


Sur le tableau "La persistance de la mémoire" de Salvador Dali




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout