Merci pour votre envoi !

Je viens comme le bois flotté
M'échouer sur votre rivage

T2 "Aux echafauds de nos oublis"

Du recueil de poésies « Le chant des arrosoirs » Tome 2 «Les peines solaires »

Aux échafauds de nos oublis

(Septembre 2020)



À quel moment, nos vies ?

Si importantes,

Ou pas tant que ça,

Pour nous-mêmes oui,

Et certains de nos proches,

D’autres les mains dans les poches,

Vont-elles rater le coche ?

La cloche ? L’encoche ?


À quel instant, la bascule ?

Qui bouscule.

Fétus de pailles sèches,

La peur du feu,

Des flammes en feu,

Des brûlures, des brûlots,

Et des cris, des cris et encore.


Encore combien de temps ?

Aux vents, à se perdre de mots ?

Constructions,

Déconstructions.

Les yeux fermés, fermement

Fermés et refermés,

Enfermés, renfermés

Aux colles liquides.


Et quoi encore ? Encore et encore ?

Il n’y a que moi ?

Moi qui ose ?

À l’overdose

Dire les choses,

Adoucies, et tièdes.

Ça passe, ça passe et dépasse,

Concasse nos vies et les mélangent.

Ne pas voir l’impasse,

Les traces tracent demain,

Tracent les lignes,

Alignent nos vies,

Dans le même instant.


Et quel instant s’il vous plaît ?

Ou pas d’ailleurs, d’ailleurs,

Il viendra, que ça nous plaise ou pas,

Que nenni, en déni, ne suffira pas.

Cent pas, cent pas à tourner,

En rondes appellent,

Appellent et renient

Toutes les peurs,

Regardent ailleurs.


Quand il adviendra,

Déjà né,

Mais pas encore dévoilé,

Réellement, ou à nos yeux,

Si peu ouverts,

Il viendra.

Il viendra,

Avec l’hiver proche,

Mais quel hiver proche,

Trop proche,

Approche,

Croche le temps,

Accroche un à un les jours,

Aux échafauds de nos oublis.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout