Merci pour votre envoi !

Je viens comme le bois flotté
M'échouer sur votre rivage

T3 "Les hommes de fer"

Dernière mise à jour : 18 avr. 2021

Du recueil "Le chant des arrosoirs" Tome 3 "Ouvrir un chemin caresser les étoiles"

Les hommes de fer

Tous droits réservés

Laurent Ivaldi

20/11/2020


Quand les flammes s'éteignent,

Dans les yeux des enfants rois.

L’obscur sentiment d'impuissance,

La fragilité humaine s'expose.


Aux chemins choisis et regrettés,

Aux larmes séchées trop tôt,

Aux paroles qui ne sortent pas.

Quand nos cris sont étouffés.


Quand dans les yeux des enfants rois,

Il ne reste que quelques braises,

Et nous, le souffle court, haletant,

Laissons s'éteindre leur foi en nous.

Confiants, depuis les mains sur le ventre.

Confiants, depuis le corps prêté des femmes.

Confiants, depuis notre premier regard.

Confiants, depuis les premiers mots tendres.

Ils attendaient une vie d'amour,

A prendre, à donner, à partager.

Ils nous attendaient, immortels,

Choyés, comme des pierres précieuses.


Et le bonheur au vide ou rien ne s'écrit,

Et les femmes, sous les ailes des anges,

Leurs enfants sous leurs seins.

Les hommes, manquent à l'appel.

Ils ressassent un passé nostalgique,

Ou ils étaient des dieux humains.

Fier de leurs forces d'êtres primaires,

Ils courent, après des mondes disparus.

Au risque de tout détruire, les hommes, Transparents, fluides, cherchent à exister,

Par la force, la guerre et le fer aiguisé,

Ils ôtent tout espoir à leurs enfants.

FIN



24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout